En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Prise en charge du nourisson

L’accouchement est le premier événement traumatisant chez l’enfant. S’il s’est bien passé, c’est-à-dire ni trop court ni trop long (plus de 4 h moins de 8h), et s’est déroulé sans utilisation de forceps, ventouses et sans césarienne, il est conseillé d’effectuer une séance environ 3 semaines après la naissance.
Difficile, il nécessite parfois l’utilisation de forceps, ventouses ou spatules. Dans ce cas une séance avant 3 semaines sera conseillée afin de lever les tensions exercées sur le crâne par les accessoires ayant permis la sortie du nouveau-né.
Tout accouchement, difficile ou non, entraine des contraintes sur le corps du bébé. En effet, le bébé se tord pour pouvoir s’engager dans le bassin de sa mère et sortir ce qui entraine de fortes pressions notamment sur les sutures encore non ossifiées de son crâne. Ces tensions peuvent occasionner des troubles fonctionnels immédiats ou ultérieurs. L’ostéopathe intervient dans le relâchement de ces zones de contrainte.
Les nouveau-nés naissent souvent avec la tête aplatie (plagiocéphalie), la tête ou la totalité du corps inclinée d’un côté (torticolis), un œil plus ouvert que l’autre. L’ostéopathe intervient dans la restitution de la bonne mobilité du bébé et pour lui permettre un bon développement
Suivi du bébé :
Durant la première année de la vie, il est conseillé de consulter l’ostéopathe tous les trois mois afin de favoriser le développement du bébé.
En effet, l’enfant connait dans ses deux premières  années une véritable évolution : il passe de la position allongée au quatre pattes puis progressivement à la position debout aux alentours de ses un an. Ces modifications changent la posture et structurent les courbures vertébrales. Il apprend aussi énormément commence à montrer son caractère et va finir par s’exprimer.
Quand consulter :
-Suite à l’accouchement :
  • accouchement sous péridurale
  • travail trop long (plus de huit heures) ou trop court (moins de deux heures)
  • présentation s’est faite par le siège, par la face ou le front
  • forte traction sur la tête
  • cordon s’est enroulé autour du cou
  • cas de prématurité (le crâne est plus fragile)
  • si l’expulsion a nécessité une forte pression sur l’abdomen maternel
  • emploi de forceps, ventouse ou spatule
  •  en cas de césarienne
-Après la naissance :
  • Tétées difficiles des deux seins ou d’un seul côté : le bébé va avoir tendance à se cambrer en arrière lors de la tétée
  • Cris, pleurs, irritabilité
  • Reflux, régurgitations et vomissements.
  • Diarrhées, constipations et troubles de la digestion.
  • Troubles du sommeil
  • Troubles du comportement, hyper ou hypoactivité.
  • Troubles ORL (otites, nez qui coule, bronchites...)
  • Torticolis, toute asymétrie du crâne (plagiocéphalie) : tête toujours du même côté, asymétrie du corps : «bébé en virgule »
  • Asymétrie du bassin et des membres inférieurs, pieds rentrés vers l’intérieur ou vers l’extérieur.
 
Lors de la consultation, un examen très doux et précis des différentes structures du corps de l’enfant sera effectué afin de pouvoir corriger les dysfonctions entrainant les troubles fonctionnels. Il est très fréquent que lors du traitement, le bébé réagisse par des pleurs lorsque nous nous approchons de zones de tension. Le traitement permettra au bébé de se développer dans des conditions optimales.
Réactions au traitement :
Comme chez les adultes, le bébé réagira pendant 2 à 3 jours après la consultation. Le bébé pourra être très nerveux ou au contraire dormir beaucoup plus et être « léthargique » alors qu’il est d’habitude très vif. Il est même parfois rapporté une poussée fébrile sans phénomène inflammatoire, c’est pourquoi les parents ne doivent pas s’inquiéter si certains de ces symptômes apparaissent durant les deux jours après le traitement, ils sont le signe de la réorganisation intérieure de l’enfant. Evidemment si les symptômes persistent au-delà de trois jours il ne faut pas hésiter à recontacter le praticien voire le pédiatre.
Les améliorations peuvent se déceler presque immédiatement après la séance ou au contraire progressivement sur les semaines suivantes. Si l’amélioration est partielle, atteint un palier ou si les signes se réinstallent après une chute, une fièvre ou un vaccin, par exemple, le mieux est de reprogrammer une séance au plus vite pour éviter la réapparition ou l’aggravation des symptômes.